L’An Zéro, pour atterrir (et décoller)

“Aujourd’hui, il faudrait cinq planètes pour continuer à vivre comme nous le faisons. Soudain, nous prenons conscience de la différence entre le monde dont nous vivons et le monde où nous vivons. Réconcilier ces deux mondes, c’est ce que j’appelle atterrir…” Bruno Latour

L’An Zéro aura lieu sur l’aérodrome de Guéret, dans la Creuse, du 30 août au 1er septembre 2019. Ce rassemblement fondateur est porté par une conviction : c’est en réunissant les acteurs de la transition écologique, sociale et démocratique, que l’élan de bascule vers une société plus sobre, plus solidaire et plus résiliente sera amplifié.

L’An Zéro naît de la rencontre d’un essoufflement (celui d’une société dont le sens s’est perdu) et d’un souffle vivifiant (mélange d’exaspération et d’enthousiasme débordant, caractérisé par les initiatives qui fourmillent sur les territoires depuis plusieurs années). Il s’inscrit dans le mouvement citoyen de lutte contre les changements climatiques et l’effondrement de la biodiversité et se pose en soutien des projets existants pour remédier au fossé démocratique et aux inégalités sociales. A la veille de la rentrée, il veut faire résonner l’appel à l’état d’urgence climatique et permettre à l’écosystème de la transition de s’accorder sur un calendrier d’actions pour l’année 2019-2020.

L’An Zéro sera donc un lieu de rencontres, où les actions mises en lumière pourront se rapprocher les unes des autres. S’y croiseront des permaculteurs et des citoyens soucieux de mettre les mains dans la terre, des associations plaidant pour davantage de démocratie au niveau local et des organisations attentives à leur impact environnemental. Le chef d’entreprise y discutera avec l’activiste, l’agriculteur avec l’employé du tertiaire, l’étudiant avec ses aînés. Ces échanges feront naître des vocations et avancer des convictions. Ils seront l’incarnation, pendant trois jours, d’une société que l’on désire plus solidaire, plus partageuse et curieuse, portée autant sur le débat intellectuel que sur le travail des mains et l’intuition des coeurs.

  • “L’An Zéro”, pour acter dans les consciences et les actes que l’urgence de la situation écologique nécessite un changement de paradigme rapide dans nos modes de vie.

 

  • “Un Rassemblement”, car le défi semble si grand qu’il ne peut s’inscrire dans la traditionnelle division partisane ni dans l’éclatement des énergies. Il ne s’agit pas d’abolir les différences et les divergences d’opinion, mais plutôt de faire se rencontrer citoyens et organisations au sein d’un écosystème pragmatique et enthousiaste, désireux de dépasser les logiques d’un égo-système souvent frustrant et inefficace.

 

  • “Festif”, car la musique et les arts sont ce qui nous rapproche, et qu’une foule dansante, des spectacles d’humoristes et des vers de poésie font naître en nous des émotions que la pensée ne saurait procurer. Nous aurons le plaisir d’accueillir des artistes de talent, engagés et populaires, pour nous faire vibrer au cours de ces trois journées.

 

  • “Engagé”, surtout, car l’hédonisme ne peut être l’unique réaction à la déboussolante prise de conscience de notre fragilité. L’impatience de la jeunesse a la vertu de concorder avec l’urgence de la situation. Accompagnée et soutenue par ses aînés lanceurs d’alertes de métier, ignorés pendant trop longtemps, elle n’hésitera pas à faire fi de la langue de bois et à faire appel, comme le font depuis un an des élèves et étudiants du monde entier, à notre responsabilité collective. L’An Zéro sera politique, traversée pendant trois jours par des débats francs et respectueux, des formations à la désobéissance civile, des initiations à la permaculture et aux low-tech. Il mettra les citoyens au cœur de sa programmation : initiateurs de projets en circuit court, séduits par la proximité offerte par une alimentation saine et locale, favorables à des modes de vie plus sobres permettant de se reconnecter à l’essentiel, ils sont en effet les meilleurs ambassadeurs de leurs territoires.

La bascule sera collective ! Pour l’An Zéro, première pierre de cette aventure que nous rêvons en grand, nous avons besoin de toi, de vous tous.

Tout commence maintenant !