Growboxx : sans arrosage, tu feras pousser des plantes…

Ni pot de fer ni pot de terre, Growboxx pourrait bien être la formule gagnante pour reverdir la planète sans plus jamais gaspiller d’eau. Et même lui permettre, d’ici une centaine d’années, d’émettre un taux de CO2 comparable à celui de 1850, date de la Révolution Industrielle… où tout à commencer à aller mal pour l’atmosphère !

Ce pot ou ce seau -comme vous préférez- n’est pas magique loin s’en faut ! Sa technologie a juste été conçue avec beaucoup de bon sens et, surtout à partir des longues et multiples observations menées en diverses zones géographiques arides par Pieter Hoff, ex-exportateur néerlandais de fleurs et patron de Groasis mais aussi homme de la terre, d’expérience et conscient qu’ « actuellement 70 à 80% de l’eau douce sont utilisés à des fins agricoles tandis que le déboisement ravage des contrées entières dans le monde ». Deux problématiques à résoudre d’urgence. D’ailleurs « Rendre la terre verte, c’est ce que nous appelons « Treesolution », un rêve qui doit devenir réalité » lance-t-il.

Visuel à Insérer En Début D Article

Planter le plus d’arbres possible avec le moins d’eau possible

Après un premier prototype lancé dès 2011 réutilisable jusqu’à 10 fois mais en plastique, et des années d’expérimentation notamment au Maroc et en Espagne et contrôlées en toute indépendance par ingénieurs agronomes de l’université de Valladolid, Growboxx est plus qu’opérationnel. Composé d’un matériau compact en pâte à papier étanche et biodégradable -ressemblant à celui des boîtes à œufs- il délivre des nutriments et son contenu d’eau goutte à goutte. Car bien sûr explique Pieter Hoff lors d’une interview accordée à la Radio EenVandaag « il s’agit d’une technologie de plantation et non d’un système d’irrigation ».

En effet, cette technique -utilisée au Sahara- incite la jeune pousse, déposée au centre du pot, à développer ses racines à 3 mètres sous terre afin d’aller puiser en profondeur l’eau dont elle a besoin. La rendant ainsi, dès sa première année de plantation, plus forte et plus autonome face à la sécheresse ou à un arrosage extérieur aléatoire voire restrictif et forcément dispendieux.  D’autre part, agissant comme des petites serres autonomes, ces pots décidément très intelligents protègent les jeunes plantes, des mauvaises herbes, des nuisibles et de la poussière. Tout en permettant des économies substantielles, puisque leur entretien est quasi néant.

 

2 milliards de terres stériles et/dégradées par les hommes à reboiser et réhabiliter

Les résultats ne se sont pas faits attendre, car avec la quantité d’eau nécessaire pour un seul arbre pendant une année, 7499 arbres (pins, chênes verts, Robinia pseudoacacia…) ont été plantés depuis 2012, dans des zones arides faute de pluies ou de points d’eau à proximité ainsi que dans des endroits aussi improbables qu’une décharge, une zone minière, un désert ou un flanc rocailleux de haute montagne. « Des sites délibérément choisis pour leur situation extrême type steppe mais où le taux de réussite est de 95% », souligne son inventeur et fabricant. Créant des oasis et des zones fertiles et vertes propices à la réinstallation d’un écosystème et d’une biodiversité attirant animaux, oiseaux et insectes.

« Cela nous ouvre des perspectives sans précédent » poursuit-il « car il y a 2 milliards d’hectares de terres stériles et/ou dégradées par l’homme et qui ne demandent qu’à être reboisées, puisque l’eau y est présente en profondeur. Or, si nous reboisions une telle surface, alors nos émissions de CO2 seraient à nouveau complètement absorbées, notre atmosphère s’assainirait et dans 100 ans nous pourrions même descendre en dessous du taux enregistré en 1850, date du début de la Révolution industrielle ». Mais il faut s’y mettre et tout de suite car cela représente la bagatelle de 700 000 arbres par semaine pendant 60 ans !

Ce n’est que le début

Mais, pour l’équipe de Groasis, s’investir dans un avenir durable c’est aussi lutter contre la famine et la pauvreté souvent en lien avec la pénurie d’eau. Alors si Growboxx propose ses « pots » pour créer de la biomasse et des vergers, des kits pour faire pousser fruits et légumes sont aussi fournis aux agriculteurs de pays touchés par la sécheresse -estimés à 4 ou 500 millions dans le monde. Leur permettant de nourrir leur famille, d’en vendre une partie et de rembourser leur micro crédit, en attendant que leurs arbres arrivent à maturité, puissent produire et être une source de revenus.

Un programme sensé, opérationnel et visionnaire qui lui a valu de remporter notamment en 2010, le prix, Popular Science Green Technology, meilleure innovation de l’année, puis en 2016, le prix MKB Top 100 de la Chambre de Commerce des Pays Bas, récompensant les PME inspirantes et innovantes. Sans compter que sa technologie, déjà présentée à 42 pays, est active en termes de production dans 3 pays dont la Colombie dans le cadre du projet alimentaire mondial de l’ONU « Faim Zéro d’ici à 2030 » auquel il coopère. Un programme ambitieux qui selon Pieter Hoff « passe par une introduction en bourse afin d’engager un plus grand nombre de personnes en qualité de copropriétaires car l’union fait la force, mais aussi pour investir dans des machines localement et ainsi éviter les transports ».

« Nous les Arbres » en écho à Paris

Un programme concret, simple, réaliste et optimiste qui complète les petits gestes du quotidien (tri, consommation locale, bio, économie circulaire…) ou qui pourrait rendre obsolète des solutions plus radicales pour protéger la planète comme décider de ne pas avoir d’enfant ou de ne plus prendre l’avion -même si emprunter le train reste une bonne option… Un programme autant environnemental que sociétal et humanitaire et qui vient en juste écho à « Nous les Arbres » ou « Trees », la toute nouvelle exposition qui a ouvert ses portes ce 12 juillet à la Fondation Cartier pour l’art contemporain et qui réunit jusqu’au 10 novembre 2019 les travaux et les œuvres de philosophes, d’artistes et de botanistes. Inspiration assurée !

Groasis

Nous les arbres

 

© Photo Francis Cheung on Unsplash